Un Canadien sur cinq mange moins en raison de la hausse des prix des aliments, alors que le gouvernement libéral gaspille des milliards dans le militarisme et la guerre

Une étude récente commandée par Banques alimentaires Canada a révélé qu’un nombre croissant de Canadiens ont déclaré faire face à la faim et à l’insécurité alimentaire en raison de la hausse de l’inflation et des coûts de logement. L’inflation a atteint un sommet en trois décennies en avril, atteignant près de 7 %.

Banque alimentaire (crédit : USAir Force)

L’enquête, menée par Mainstreet Research, a montré qu’un Canadien sur cinq, soit environ 7 millions de Canadiens, déclare maintenant avoir faim – 23 % déclarant qu’ils mangent moins « qu’ils pensent qu’ils devraient » parce qu’ils n’ont pas assez d’argent pour manger. . Le pourcentage de ceux qui gagnaient moins de 50 000 $ par année et qui mangeaient moins était près du double de la moyenne globale.

Les banques alimentaires à travers le Canada constatent généralement une baisse de la demande pendant les mois d’été, mais cette année, il n’y a eu aucun signe de ralentissement. « Les banques alimentaires de la plupart des régions du Canada constatent un afflux de Canadiens qui visitent les banques alimentaires pour la première fois – un nombre qui a augmenté jusqu’à 25 % dans certaines régions, ce que nous n’avions pas vu depuis les premiers mois de la pandémie », a déclaré Kirsten Beardsley, PDG de Banques alimentaires Canada. .

“Le plus grand signe que l’inflation affecte sérieusement la faim et l’insécurité alimentaire au Canada, c’est que les raisons pour lesquelles les gens disent qu’ils fréquentent les banques alimentaires changent”, a noté Beardley. « Dans le passé, les gens se tournaient vers les banques alimentaires en période de pertes d’emplois ou parce que les salaires étaient bas – mais au cours des six derniers mois, les Canadiens nous ont dit qu’ils manquaient d’argent pour se nourrir en raison de la hausse du logement, de l’essence, de l’énergie. et les frais de nourriture.

Statistique Canada a rapporté que les consommateurs ont payé 9,7 % de plus pour l’épicerie en avril qu’il y a un an, la plus forte augmentation d’une année sur l’autre depuis septembre 1981. Les prix des pâtes ont augmenté de 19,6 %, les produits céréaliers ont augmenté de 13,9 % et le pain a augmenté de 12,2 %. Frais. Le coût des fruits a bondi de 10 %.

S’adressant à CBC News, Brianna Cordero d’Oakville, en Ontario, a déclaré que la hausse des prix de l’essence combinée à la stagnation des salaires avait forcé sa famille à trouver des moyens d’économiser. “Quand vous regardez le budget, c’est comme, où pouvons-nous faire des coupes?” Dit-elle. “Et malheureusement, ça doit parfois être de la nourriture.” Choisir plus de repas sans viande et faire le plein de produits d’épicerie en fonction de ce qui est proposé jusqu’à présent, mais jusque-là, la mère de deux enfants a déclaré que cela pouvait être difficile. “Le dépliant sort tous les mercredis ou jeudis, et c’est comme, ‘C’est à vendre ? Est-ce le prix de vente ? C’est ce que vous avez payé en totalité, même il y a six mois.