Revue du Rising Festival: le nouveau festival de Melbourne avait des arts de classe mondiale, mais ce sont les petits moments qui ont eu le plus grand impact

Alors que nous nous tenons dans le couloir bondé de la mairie de Melbourne, attendant le début de The Dancing Public de Mette Ingvartsen, Richard se penche vers moi. « Vous pouvez dire qui avait le COVID », dit-il. Nous portons tous les deux des N95; La plupart des spectateurs ne sont pas masqués. C’est horrible d’écraser les gens, de crier et de s’étreindre.

Dans la grande salle, notre chorégraphe danois nous dit qu’on va tous danser ce soir. Nous nous joignons à la danse d’Ingvartsen alors qu’elle se déplace dans la foule et raconte notre besoin de danser. C’est tellement libre de bouger ensemble comme ça. Après cela, le ton change : constamment en mouvement, Ingvartsen commence à raconter des histoires d’hystérie de masse, alors que des villages entiers commencent à danser ensemble de manière incontrôlable. Personne ne sait exactement comment réagir.

De plus en plus de rapports signalent qu’il y a 225 événements du 1er au 12 juin (et quelques-uns après cette date), dans les théâtres et les espaces publics – mais c’est l’activité qui se déroule en public qui m’attire le plus. Ce qui est encore plus intéressant dans ce nouveau festival, c’est la façon dont il s’intègre dans le tissu de Melbourne.

Mette Ingvartsen (photographiée en train de jouer The Dancing Public) a interprété son solo 21 Pornographies sur un marché de la viande à Melbourne.(Livré : hauteur)

Parfois, la montée de cette année ressemble à une ville qui prend vie. Ce devait être le troisième festival, un nouveau spectacle qui combine le Festival international des arts de Melbourne et White Night annoncé en 2019. Le premier a été victime des restrictions COVID pour 2020 ; Le second a ouvert pendant une nuit avant d’être également fermé par les blocages COVID.

Mais nous sommes ici dans un hall de personnes pour la plupart non masquées qui se préparent à danser toute la nuit.

Finalement, après deux faux départs, toute la hauteur a augmenté.

Plus tard dans le festival, alors que je me tiens au-dessus de The Hole à Birrarung Marr au-dessus de Yarra et que je regarde les spectateurs et les artistes creuser un trou (ils le rempliront après quelques nuits), Dan me sourit et dit : “J’ai eu quelques moments cette semaine où j’ai regardé autour de moi et demandé : ” Sommes-nous de retour ?”

On a l’impression que la ville et ses arts sont de retour.

Une foule de gens se tient à Union Square à Melbourne par une journée grise et couverte.  Ils portaient des écouteurs.
La co-directrice artistique montante Hannah Fox a déclaré à ABC Arts : “Je pense que c’est vraiment important [for] Les festivals ont plusieurs entrées dans le programme. » (Photo : The Invisible Opera)(Livré : hauteur)

Alors que le Melbourne International Comedy Festival de cette année a été marqué par une annulation COVID – la moitié des émissions réservées à regarder ont été annulées – Rising semble être presque immunisé. Un seul spectacle que je devais voir a été annulé; Le reste continue. L’un des spectacles que je vois demande au public de porter des masques; Pour d’autres, les masques sont facultatifs – l’exception.

Comme c’est souvent le cas dans les festivals, certains des plus beaux moments de la Renaissance ont été des découvertes inattendues.

Dans Golden Square, un parking au milieu de Chinatown qui a été transformé en une galerie commerciale vidéo, je sors d’une pièce et tombe sur le chanteur d’opéra Scotty So, qui se fraye lentement un chemin à travers l’espace pendant qu’une soprano chante de façon inappropriée – j’ai lu plus tard dans le programme note que la synchronisation labiale . Il y a aussi une procession fleurie pour célébrer la lune. À la fin, quelqu’un a lu un poème sur la lune écrit par des étudiants locaux de troisième année. Et le béguin de Bull Your Neon pour les lumières vives et les éphémères s’enrichit au fur et à mesure que vous passez du temps à le regarder : cela ressemble à un sanctuaire du même Melbourne après le verrouillage.

Des néons tapissent les murs d'une place voûtée.  Les lumières disent des choses comme la paix sur terre et la vision est la foi
Environ 40% du programme des recrues 2021 a été intégré au festival de cette année. (Sur la photo : voir, c’est croire, mais ressentir, c’est la réalité de Paul Yuer.)(Fourni : Rise / Remy Chauvin)

Alors que Becci et moi nous dirigeons vers le toit du parking, nous voyons une ligne en zigzag se diriger vers la porte, et un membre du personnel demande si nous voulons nous joindre. Nous nous sommes retrouvés de manière inattendue dans le public en train de regarder The White Waters, une pièce passionnante et immersive de la chorégraphe taïwanaise Su Hui Yu, interprétée ce soir-là par la danseuse de Melbourne Te Francesca. Les corps écrasants se déplacent dans l’espace, tandis que Francesca se déplace dans une rage qui mijote lentement puis explose.

Je trouve aussi de la beauté dans les découvertes inattendues sur lesquelles je regarde les autres tomber, car de petites intrusions transforment l’apparence de la ville.

Ce sont les foules de gens qui se rassemblent le long des ponts le long de la rivière Yarra pour regarder le Robin Fox Lights Show. Ce sont les enfants qui crient avec enthousiasme “Ils brûlent le piano !” Quand ils passent devant le piano brûlant d’Anya Lockwood (il y a littéralement plusieurs œuvres intitulées au festival) sur le chemin du football – et c’est papa qui dit Drulley, “Je suppose qu’ils ne sont pas un grand fan de musique classique.”

Un danseur blanc traverse une colonne de fumée à côté d'un panneau carré d'affichages.
The White Waters (photographié par Jareen Wee) est basé sur la vie de Tian Qiyuan, le premier étudiant gay et séropositif de Taïwan.(Fourni : Rise / Remy Chauvin)

C’est l’enfant de cinq ans qui pose des questions dans The Hole de l’artiste Malcolm Whittaker, mécontent du concept central de creuser un trou pour le combler plus tard. “Mais vous creusez un trou plus profond”, dit-elle. « Pourquoi creusez-vous un trou plus profond maintenant ? » Sa mère saute pour explorer, contre les protestations de sa fille.

Ce sont les gens de la Bibliothèque d’État qui travaillent sur leurs ordinateurs portables dans la même pièce que la vidéo monocanal du Back to Back Theatre, un petit travail délicieux sur la valeur des choses que nous gardons; Un mélange d’antiquités promotionnelles et de présentation et de discussion à l’école primaire.

Espace pour jouer ou mettre en pause, M pour couper le son, flèches droite et gauche pour rechercher, flèches haut et bas pour le volume.

Lecture audio.  Durée : 54 minutes 7 secondes

Les manifestants de “Freedom” ont même tapé sur un tambour et dont la marche un samedi après-midi coïncide exactement avec le début de la pièce de performance publique de Sophia Bruce, The Invisible Opera. Nous nous asseyons dans les gradins d’Union Square alors que les sons des espaces publics nous alimentent via des écouteurs, un son qui nous dirige vers l’endroit où nous devons regarder. En voyant le public, des batteurs protestataires entrent dans l’arène et deviennent par inadvertance une partie retentissante de ce petit spectacle mignon. Dans l’œuvre qui nous demande de nous asseoir et d’observer cet espace public, nous regardons mais aussi regardons.

Ces moments sont si petits – et précieux parce qu’ils sont si petits. Mais je suis pleinement conscient que leur petite taille signifie qu’ils manqueront à beaucoup.

Il y a une grande statue ressemblant à une pieuvre en bambou à l'extérieur d'une salle de concert, éclairée par le bas.
L’artiste philippin contemporain Leroy Neo a réutilisé le bambou de son installation de 2021 pour créer de nouvelles sculptures pour The Wilds (photo).(Fourni : Rising / Eugene Hyland)

Contrairement à un festival comme White Night, qui s’est emparé de la ville et de ses institutions artistiques, Rising semble se replier tranquillement dans les interstices.

Il y a quelques pièges, et peut-être des problèmes de croissance qui auraient été aplanis si cela avait, en fait, été le troisième festival.

Still Lives, où cinq footballeurs australiens NGV sont suspendus pour recréer un monument, le programme devrait se dérouler de 14h à 18h. Alors que je marche vers la galerie à 16h45, je peux dire que le travail est terminé en raison des vagues de personnes marchant sur St Kilda Road.

Le Kaléidoscope a été décrit comme une évolution de la House of Mirrors de Keith Courtney, une caractéristique populaire de la finale du Festival international des arts de Melbourne en 2019. Cette nouvelle œuvre est vendue comme prenant la galerie des glaces et ajoutant un kaléidoscope de couleurs. Lorsque je me présente un après-midi nuageux, vous pouvez voir des lumières colorées suspendues au-dessus de nos têtes – mais elles ne peuvent pas rivaliser avec la lumière blanche brillante des nuages ​​au-dessus, ni n’affectent l’espace en dessous.

Chez The Wilds, nous passons presque autant de temps à organiser des billets et à marcher aussi longtemps de la billetterie à l’entrée qu’à l’intérieur. C’est un vendredi soir froid et peu peuplé et on a l’impression qu’il y a presque autant de gens qui travaillent dans les bars qu’il y a de clients ; Il y a certainement plus de bars que d’œuvres d’art. Les extraterrestres gonflés sont déçus; Quand un chœur apparaît au-dessus des snowboarders, c’est une belle diversion mais rien d’autre.

Il y a une grande statue rouge à l'extérieur d'une salle de concert, un panneau au-dessus de l'entrée, un bar et des stands de nourriture
“Nous avons essayé … de créer un festival à explorer qui s’entrelace dans l’espace public pour offrir un meilleur accès et une plus grande visibilité au public”, a déclaré Fox à ABC Arts.(Fourni : Rising / Eugene Hyland)

Wilds a trop promis et n’a pas tenu ses promesses : un point difficile pour l’un des points centraux du programme.

The Rise est un festival plus petit que ses deux prédécesseurs. Bien sûr, vous ne pouvez pas imaginer des foules au niveau de White Night maintenant. Et bien que Rising ait quelques artistes internationaux, ce n’est plus le centre d’intérêt. Au lieu de cela, les plus grandes œuvres de l’émission proviennent d’artistes australiens.

Programme théâtral sur le thème Tour of Strength d’Erin Jean Norville dans The Picture of Dorian Gray. Le chef de file des arts visuels est Patricia Piccinini, dont l’installation à la gare de Flinders Street faisait partie du Festival 2021 et se poursuit toujours. Dans le spectacle de danse, il y a une déclaration joyeuse de Stephanie Lake, mettant en vedette neuf chanteurs avec neuf danseurs, et Jurrungu Ngan-ga (conversation en direct) de Marrugeku qui s’est vendu après la réponse enthousiaste de la soirée d’ouverture – je n’ai pas pu obtenir de billet.

Neuf danseurs se déplacent sur une scène enfumée, certains passant d'une position accroupie, d'autres sur la pointe des pieds.
Jurrungu Ngan-ga (photo) Marujiko se traduit par “discours franc” à Yawuru.(Fourni : Marujiko / Abe Murray)

Toutes ces grandes performances majeures seront au cœur de tout programme de festival international, mais même ainsi, mon expérience est vraiment dominée par de petits moments de surprise et de joie – des moments qui semblent surréalistes. Je sens vraiment à quel point nous avons eu de la chance de voir The White Waters, qui est facile à manquer sur l’émission en ligne et non étiqueté dans Golden Square; coïncider avec les prétendants à l’opéra caché ; Elle rencontre le détective de cinq ans à The Hole.

Peut-être que l’élévation souffre parce qu’elle tombe dans l’ombre de White Knight et du Melbourne Festival, alors qu’en réalité, c’est quelque chose d’entièrement nouveau. Il est plus petit que ses homologues précédents, mais aussi plus agréable. Peut-être que ce joli berceau est exactement ce dont nous avons besoin en ce moment.

The Wilds, une partie importante de Rising, se termine le dimanche 19 juin. Le portrait de Dorian Gray est exposé jusqu’au 31 juillet au Arts Centre de Melbourne.

publié Et le actualisé