Les fondateurs de Bluebird Climate dans le domaine de la durabilité dans l’industrie de la beauté 2022

Étant donné que l’industrie de la beauté génère environ 120 milliards d’unités de déchets d’emballage chaque année, le besoin de pratiques plus durables dans l’industrie est clair. Ce qui n’est pas clair, c’est comment résoudre pleinement la crise de la durabilité dans l’industrie. Les marques devraient-elles produire moins de produits ? Produire le même volume de manière plus éthique ? Ou est-ce aux consommateurs d’acheter moins ? Alors que l’industrie détermine le meilleur plan d’action, Bluebird Climate aide à tracer la voie à suivre.

Fondée en 2021, Bluebird est une plateforme logicielle qui aide les marques de beauté (pensez : Glossier, Dieux Skin, Plus, et plus) à tracer leur chemin vers une véritable durabilité grâce à un système rationalisé qui classe l’empreinte carbone et la production de déchets de chaque marque. En notant chaque métrique et en aidant les marques à élaborer des stratégies pour les réduire, Bluebird est conçu pour éliminer progressivement le carbone de l’industrie des produits de consommation. Glossier alun Jamie McCroskery dirige la mission avec les co-fondateurs Anisha Gupta et Dennis Lee pour reformuler des pratiques durables qui sont souvent rejetées comme inaccessibles ou inappropriées pour les marques de beauté.

“Il y a une idée fausse selon laquelle la durabilité signifie” plus cher “”, a déclaré Gupta à Kovitor. “Mais il y a beaucoup de choses que vous pouvez faire en matière de durabilité qui sont plus efficaces, en particulier en termes de transport”. , sur Par exemple, cela est devenu un problème près de chez eux pour de nombreux fondateurs de produits de beauté. Avec la hausse des prix et des délais d’expédition des biens de consommation en provenance d’Asie, de plus en plus de fondateurs commencent à produire leurs produits sur le sol américain.[This] Il devient plus efficace d’obtenir les produits à temps et de ne pas les stocker. Mais aussi la capacité de les obtenir de manière plus durable car ils parcourent moins de distance.

L’objectif de Bluebird n’est pas d’utiliser le logiciel pour embarrasser les marques sur leurs défauts, mais d’identifier où elles peuvent commencer à apporter des changements. “C’est juste une question de commencer quelque part”, dit McCroskey. “Les consommateurs ne s’attendent pas à ce que vous soyez parfait. Ils s’attendent seulement à ce que vous vous en souciez.”

Avant que The Coveteur ne sélectionne les lauréats du prix Beauty All-Stars 2022, nous avons demandé aux marques les mieux notées du jury de remplir une enquête complète du partenaire de développement durable de Beauty All-Stars, Bluebird Climate, pour mesurer les émissions de carbone et les déchets de leur marque. Nous avons été surpris lorsque certains ont choisi d’abandonner plutôt que de savoir où ils se trouvaient.

“[A lot of] Les marques ne savent pas comment fonctionner, il est donc difficile de dire que vous voulez être tenu responsable [for your sustainability practices, or lack thereof] “Si vous ne savez pas”, explique McCroskey. “Ce que nous croyons en interne, c’est qu’il faut rencontrer les marques où qu’elles soient. Vous avez des marques durables en évolution que vous voulez mettre dans leur ADN, en parler au marché et en prendre la responsabilité. Vous avez aussi des marques qui commencent tout juste à réfléchir Défaire les marques quand elles commencent Le simple fait d’y penser n’est pas utile parce qu’elles commenceront à avoir peur et ne feront rien.”

Avant cela, nous avons parlé aux fondateurs de Bluebird Climate de la construction de leur entreprise, de la vision de l’entreprise dans cinq ans et de ce qui manque à la conversation sur la durabilité.

Pensez-vous que les marques de beauté sont prêtes à assumer la responsabilité de leurs propres pratiques de développement durable (ou de leur absence) ?

Jamie McCroscherry : “Cela dépend de l’entreprise. Mais ce qui est intéressant, c’est qu’en fin de compte, nous ne tenons pas les gens responsables — nous donnons aux marques et à leurs clients des informations pour ensuite décider quoi en faire, ce qui signifie que les clients vont tenir les marques pour responsables. La responsabilité est plus importante. Nous ne pouvons pas simplement nous fier à ces déclarations folles que les marques ignorent à propos de la durabilité.”

Anisha Gupta : “En ce moment, nous voyons des marques rebelles qui savent qu’elles réussissent et conçoivent leurs produits de manière durable. Elles cherchent à s’exprimer et à célébrer ce qu’elles font d’une manière qui peut également éduquer les consommateurs. Elles sont en retard en matière de durabilité – nous les appelons les « personnes concernées » par la durabilité » – et qui ont un peu plus peur. »

Travailler sur Bluebird a-t-il affecté la façon dont vous magasinez et prenez soin de vos produits de beauté et de soins de la peau ?

Adam: “J’ai toujours eu une bonne idée de choisir comment le marketing dit que c’est entre les mains des consommateurs. Il y a beaucoup de poids sur la notion qu’en tant que consommateur, si vous choisissez de ne pas recycler, c’est tout votre faute et tout l’impact environnemental est entre vos mains.Il y a beaucoup de pouvoir Dans les mains des marques ce qu’elles peuvent faire et les choix qu’elles font dans leur chaîne d’approvisionnement et les matériaux qu’elles choisissent.

Pour moi, je recherche des choses comme la transparence. Souvent, cela signifie que j’achète des choses plus grosses qui sont probablement moins compliquées. Je fais peut-être partie du spectre des consommateurs avertis en matière de durabilité, mais bien sûr, je fais des achats pour le travail – j’adore le fonctionnement de la formule et oui, elle n’est peut-être pas dans le meilleur emballage. ”

JM : “Je ne suis en aucun cas un défenseur de l’environnement, je suis juste un consommateur averti. Je cherche à voir l’effort et l’exhaustivité des marques. Si j’achète quelque chose, je J’essaie de voir si la marque parle de choses que je sais importantes ou s’il s’agissait simplement de mettre un cachet de certificat qui n’a pas d’importance et de se débarrasser de “neutre en carbone” sans aucune solution alternative de prévention des émissions. Nous savons tous que c’est gentil de conneries.”


Les fondateurs de Bluebird Climate Anisha Gupta, Jamie McCroskey et Dennis Lee.

Photo : Gracieuseté de Bluebird Climate

Que voulez-vous dire lorsque vous dites que vous n’êtes pas un défenseur de l’environnement ?

JM : “Mes amis me regardent comme si j’étais la police du développement durable. S’ils mettent quelque chose qui peut être recyclé à la poubelle, ils s’excusent auprès de moi. Mais les consommateurs feront ce qu’ils voudront. Ce sont les marques qui doivent être habilitées à faire les bons choix avec des informations et aussi en concevant des produits de la bonne manière.” Je ne suis pas très hippie – je ne porte pas de chanvre et je n’ai pas les choses les plus durables en bambou. J’aime les choses qui fonctionnent bien et Nous essayons simplement de répondre aux besoins de toutes les marques, où qu’elles se trouvent. Il en va de même pour les consommateurs. Vous n’êtes pas toujours obligé de le faire. Pour alléger le coût de votre unité en la rendant plus durable.

Où voyez-vous l’oiseau bleu après cinq ans ?

JM : “La passion est une partie très importante de cela. Pour nous, parce que nous nous concentrons sur l’impact, nous voulons construire une entreprise qui se développe. La mission de notre entreprise est de décarboner l’industrie des produits de consommation. Cela va prendre beaucoup de temps. Si vous construisez un produit et que vous vous souciez de la durabilité parce que vous êtes humain sur cette planète, il est très difficile de vivre en harmonie avec [the desire to be sustainable and create products]. Nous voulons créer un moyen de produire virtuellement des produits durables afin que vous n’ayez même pas à y penser.

Nous créons une plate-forme de développement de produits qui facilite la tâche. En ce qui concerne l’expansion, nous construisons actuellement un outil d’aide à la décision qui fournit des critères tels que des scénarios comparatifs et des devis de différents fournisseurs. Nous espérons que cela incitera les marques à évaluer la durabilité de manière plus complète. Beaucoup d’entre eux ont également commencé à faire venir leurs fournisseurs. Lorsque vous branchez toutes ces pièces ensemble, il devient vraiment facile, avec Bluebird, de fabriquer un produit à faible émission de carbone sans vous casser le dos ou embaucher des consultants pour faire quelque chose de fou.

Quelle est votre plus grande victoire jusqu’à présent ?

JM : “Il y a tellement de dimensions à cela. Avec le pilote, nous avons aidé des marques comme Experiment à réduire leurs émissions de carbone de 78 %, ce qui est plutôt cool, car c’est tout l’intérêt de l’entreprise. De plus, c’est l’équipe qui nous avons construit. Nous travaillons avec des gens qui sont vraiment géniaux et très serviables, mais qui se soucient beaucoup les uns des autres. C’est la même chose avec notre équipe de base également. C’est un mélange de technologues, d’anciens professionnels de la mode et de la beauté, et des personnes de la chaîne d’approvisionnement qui se soucient profondément les unes des autres et qui sont axées sur la mission.”

Adam : “Je suis d’accord. Construire notre équipe est probablement ma plus grande réussite dans la vie.”